Qui sommes-nous ?

Stéphane Simon

Stephane Simon

Fils, petit-fils et arrière petit-fils de prof, Stéphane Simon a grandi dans la culture de la transmission. Fan de télévision depuis son adolescence (Michel Polac et Thierry Ardisson), il mène une scolarité sans problèmes et, bac scientifique en poche, opte pour la fac d’Histoire.

Après sa licence d’Histoire, Stéphane Simon monte à Paris et intègre une école de journalisme.

Il fait ses premières armes à Pèlerin Magazine, puis devient correspondant en Inde et au Népal avant de poursuivre le métier chez France Soir où pendant trois ans il passe par tous les services et fait de tout : du fait divers, de l’enquête, des papiers de société…

1993 : changement d’ambiance. Thierry Ardisson, rencontré quelques années auparavant, lui propose la rédaction en chef du Magazine Entrevue. Stéphane Simon prend alors les rênes d’un magazine en perte de vitesse et qu’il saura relancer en réinventant sa formule, et notamment en faisant la critique de la télévision.

Une ligne éditoriale qui l’amène tout naturellement à… passer à la télévision. Il coprésente « Y a débat » avec Michel Polac sur MCM en 1995, puis devient rédacteur en chef pour Tina Kieffer sur TF1. En 1997, il rejoint le groupe Expand pour développer des jeux et du divertissement. Au bout de quelques temps, Thierry Ardisson le contacte à nouveau, cette fois pour reprendre la production de son émission « Rive Droite Rive Gauche ».

Stéphane Simon créé ensuite sa propre société de production, Téléparis. Thierry Ardisson grimpe progressivement au capital pour atteindre 49%, le reste étant détenu par la holding de Stéphane Simon (Agit Prod).

Depuis 5 ans, le groupe Téléparis Galaxie est entré dans sa phase de diversification à travers la création de plusieurs filiales : Outside films en 2013, qui produit fictions cinéma (L’Outsider juin 2015, La quête d’Alain Ducasse octobre 2017) et documentaires, Le Magasin Numérique (production de contenus numérique dont web TV) en 2016, Red Velvet spécialisé dans le spectacle vivant en 2017.

Téléparis

Téléparis fait donc ses premières armes sur les chaines du câble et du satellite, et notamment sur Paris Première avec les émissions cultes « RD / RG », puis « Paris Dernière » et « 93 Faubourg Saint Honoré ». Trois exemples de la signature Téléparis, soit l’ambition de créer des programmes originaux, des programmes de création qui ne ressemblent pas à ce que fait déjà la concurrence. L’invention de la télé-in situ (garder le naturel des décors de la réalité mais l’embellir avec les codes du cinéma) permet le décollage de la société.

Depuis ses débuts, Téléparis propose en effet des formats nouveaux, singuliers, des programmes qui ont un temps d’avance, plus singulier : « Le Cercle », « 17eme sans ascenseur », « Les Concerts Sauvages », « Culture Club », « Fête foraine », « La boite à musique de Jean-François Zygel », « 3ème Rappel », « Polonium »… In situ ou en plateau, les émissions produites par Téléparis se distinguent non seulement par leur forme et leur originalité, mais aussi par leur contenu qui propose toujours, qu’il s’agisse de Culture, de société ou d’Art de vivre, de voir les choses différemment.

Au bout de 18 ans d’expérience, Téléparis c’est aujourd’hui la reconnaissance d’un ton, un savoir-faire reconnu dans la production d’émissions ambitieuses connaissant un succès public et critique.

Au travers de ses différents programmes, la société s’est démarquée en tant que « fabrique » de concepts innovants, originaux et 100% Français, et en tant que « coopérative » de talents reconnus (Thierry Ardisson, Jean-François Zygel…), de nouveaux talents (Juan Massenya, Tom Villa…) et de signatures (François Simon, Natacha Polony…

Aujourd’hui, Téléparis c’est donc plus de 300 formats originaux développés, la création et la production de plus de 70 émissions, et une dizaine de programmes diffusés, sur les antennes du groupe France Télévision, de Canal +, Lagardère ou du groupe M6. Une position « multi clients » qui assure à Téléparis une structure solide résistant aux caprices des changements de direction, aux désaveux d’un programme et aux aléas de l’audience.

Enfin, Téléparis met depuis plusieurs années son savoir-faire au service d’annonceurs en demande de programmes originaux et élégants (une activité parallèle en progression constante ayant déjà séduit des annonceurs tels que Chanel, Orange, Cartier, Marionnaud, Leclerc…) et se développe dans le domaine du documentaire et de la fiction à travers Outside Films, et dans le domaine du digital avec sa filiale Le Magasin Numérique.

Thierry Ardisson

ThierryArdisson_IDAncien publicitaire responsable de slogans devenus de véritables expression courantes (Lapeyre, y’en a pas deux ! ,Quand c’est trop c’est Tropico !), homme de presse (L’Écho des Savanes, Entrevue…), animateur et producteur d’émissions cultes (« lunettes noires pour nuits blanches », « bains de minuit », « Frou frou », « On a tout essayé »…), Thierry Ardisson, a.k.a l’homme en noir, est depuis plusieurs décennies une figure incontournable du paysage médiatique français.

La première rencontre entre Thierry Ardisson et Stéphane Simon se déroule à l’orée des années 90. L’un est déjà un taulier du petit écran , l’autre est un tout jeune journaliste, pigiste pour le magazine Paris Nuit où il s’occupe d’une rubrique sur les bars. À cette occasion Stéphane Simon interviewe l’homme en noir au bar du Bristol. Le courant passe bien, échange de cartes de visites et les deux restent en contact…

1992 : Thierry Ardisson lance Interview (rapidement rebaptisé Entrevue), un magazine hebdomadaire qui peine à trouver son ton. Un an plus tard, Ardisson fait donc appel à Stéphane Simon pour réfléchir avec lui à une nouvelle formule et lui confier la rédaction en chef du magazine. Résultat : un carton et des ventes qui doublent.

C’est le début d’une association fructueuse entre les deux hommes aux personnalités différentes mais complémentaires, les deux partageant le goût des programmes innovants et avec une vraie plus-value conceptuelle.

Ensemble, ils produiront « Paris Dernière », « 93 Faubourg Saint Honoré », « Les Concerts sauvages »… Des émissions marquantes qui contribueront à l’image de Téléparis. Aujourd’hui encore, l’association des deux hommes est fructueuse et est à l’origine, entre autres, d’émissions telles que « Salut les terriens » sur Canal + puis sur C8, ou « On a tous en nous quelque chose de… » diffusé sur France 2.